Une passion, devenue art de vivre, art de vivre devenu métier: Le Shiatsu

Le shiatsu est un style de massage qui contribue à rétablir l’équilibre énergétique du corps à l’aide de pressions exercées sur les points d’acupuncture ainsi que le long des méridiens.

Pressions plus ou moins fortes avec les pouces et les doigts, mais aussi avec les paumes, les poings, les coudes, les genoux et même les pieds, sur des points précis (les tsubos). Il s’agit d’une pratique orientale, puisant ses sources au Japon.

D’ailleurs, « shi » signifie doigts et « atsu » renvoie à la pression.  Ce massage est considéré non seulement comme une thérapie à part entière dans les pays de l’est, mais également comme une philosophie, un art de vivre. Dans les pays de l’Occident, le shiatsu est surtout vu comme un massage de détente visant à évacuer le stress, les tensions, lutter contre l’insomnie et la dépression. En effet, notre mode de vie actuel ne privilégie pas la relaxation et cette thérapie qui stimule le système nerveux cherche à offrir un moment de libération.

La magie du shiatsu réside dans cette capacité à soigner rapidement les maux du corps comme ceux de l’âme. Nombreux sont ceux qui viennent pour être soulagé d’une douleur physique, et repartent apaisés d’une souffrance morale. Le shiatsu n’est pas pour autant une thérapie miracle. Maladies chroniques, dépressions ou problèmes de dépendance ne se soignent pas en une séance. Mais le shiatsu peut être d’une aide sérieuse.

Suivant les principes de la médecine chinoise, le shiatsu stimule les points d’acupuncture qui manifestent un manque d’énergie et libère ceux qui ont accumulé un trop-plein. Il met véritablement le doigt là où ça fait mal. En s’attaquant aux causes et non aux symptômes, les effets bénéfiques peuvent parfois se faire attendre. Il arrive que l’on sorte de séance avec les mêmes maux, voire que l’on souffre, pendant deux ou trois jours, de nouveaux désagréments, comme des céphalées ou des insomnies. Inutile de s’inquiéter, c’est le signe que le corps se libère.

Le shiatsu peut également bousculer sur le plan psychique. En débloquant l’énergie, le thérapeute travaille en effet sur les « mémoires » du corps, ce qui explique que, suite à une pression, certains pleurent, d’autres rient ou évoquent de vieux souvenirs. En libérant le ki, le patient se libère de son passé, et souvent de traumatismes enfouis. « Le shiatsu vous fait cheminer » m’a dit une fois une patiente, il permet une véritable « ouverture intérieure » . »Le shiatsu est une forme de psychiatrie manuelle « .

Efficace en cas de chagrin ou de déprime, il permet aussi d’être littéralement « mieux dans sa peau« , de développer une pleine conscience de son schéma corporel. Massé de la tête aux pieds, de face comme de dos, le patient peut sentir chaque parcelle de son anatomie et percevoir son corps dans son ensemble. D’où ce commentaire entendu sur le futon : « Grâce au shiatsu, je me découvre ou je me retrouve. « 

Laissez moi vous raconter mon histoire avec le Shiatsu:

C’est excitée comme une enfant le jour de Noël, que je me rends donc à cette première séance. Ça tombe super bien, je traversais une période difficile émotionnellement parlant. Elle me soumet à tout un questionnaire que l’on pose habituellement avant le soin et me fait les tests des pouls et de la langue. Outre le sentiment de bien-être qui m’envahit, je commence à réaliser qu’il y a quelque chose au-delà du “toucher”. Je sens la présence de la praticienne, l’intention et le cœur qu’elle met dans le soin. Chaque point travaillé me semble parfaitement juste, comme si elle pouvait sentir là où j’avais besoin d’être touchée. Je me sentais déliée, comme si quelque chose circulait dans mon corps.

Était-ce ça “l’énergie” ? J’ai été éveillé jeune à la spiritualité par mes parents, mais le concept d’énergie, comme un fluide qui traverse le corps et l’alimente en carburant, me semblait très flou. Et bien que je prenais déjà plaisir à soulager les petites tensions de mes clients en réflexologie, j’ignorais totalement qu’on pouvait “soigner” les humains par le toucher, et un corps entier par l’énergie. La praticienne m’explique tout ce qu’elle a pu ressentir comme déséquilibre énergétique et quelles incidences cela avait sur mon corps et mes émotions… Grosso modo, elle pouvait lire en moi comme dans un livre ouvert… Ça fait bizarre sur le moment ! Pourtant, ses découvertes m’amènent sur un chemin de réflexion sur moi-même et mes peurs. Je comprends à quel point le corps, le mental et l’esprit sont liés.

L’idée de faire du Shiatsu prend un petit moment à faire son chemin. Je laisse passer des mois, et retourne voir cette praticienne pendant une période de vacances . Je lui demande une séance pour corriger des troubles physiologiques et émotionnels qui me harcèlent dûs à un problème de santé. Épuisée, le sommeil impossible, vertiges terribles, je m’écroule sur son futon comme une loque ! Je décharge tout mon chagrin pendant le soin. Elle m’écoute d’une oreille attentive et me donne un Shiatsu très bienveillant. J’ai ressenti cette fois, un vrai nettoyage du corps et du mental. Bien sûr, mes problèmes n’avaient pas disparus, mais je me sentais plus en mesure de les affronter. C’est définitivement là que je me suis dis « il y a quelque chose à faire avec le Shiatsu ». Me voilà donc en quête d’une formation.

Après plus de 2 ans de formations, je commence donc directement à pratiquer sur mon entourage. Le Shiatsu est une discipline qui demande de l’exigence dans sa pratique, car une mauvaise posture peut entraîner une mauvaise position des doigts, et engendrer des douleurs physiques pour le praticien.

Patiemment, je pratique, je lis, je suis des stages, je rencontre d’autres thérapeutes plus expérimentés. On est en 2018 et je ne me sens pas de me lancer tout de suite en Shiatsu. Je suis contrainte d’arrêter presque totalement la pratique du massage pendant plus d’un an pour des raisons de santé. Ce n’est qu’en 2019 que l’idée revient me trotter dans la tête.  “Tente le coup qu’on me dit ! Tu le fais à domicile, à ton rythme, ça te permettra de te remettre le pied à l’étrier”.

Le Shiatsu c’est comme le vélo, ça ne s’oublie jamais. Très naturellement, les gestes me reviennent. J’ai cette réelle envie d’aider l’autre et j’y arrive en fait ! Finalement mes barrières, c’est bien moi qui me les dresse au quotidien.

Je découvre un nouveau métier : Celui d’entrepreneur ! Ce qu’on ne nous apprend pas particulièrement à l’école. Ce qui implique :

  • Se faire connaître.
  • Construire son offre et ses prix.
  • Gérer ses rendez-vous.
  • Gérer les temps de creux de début d’activité.
  • Se remettre en question pour faire décoller son activité.

Pour le coup, c’est vraiment le truc auquel on est pas prêt lorsqu’on se lance. Mais c’est un exercice très intéressant. 😎

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :