Comment choisir un bon whisky ?

Aujourd’hui nous allons parler d’un sujet et non des moindres. Un sujet pouvant amener à longues réflexions, que ce soit entres amis, ou seul devant une vitrine de magasin pour faire un choix. « Le whisky ». Comment en choisir un bon ? Comment s’y retrouver devant un si large éventail de possibilités?

Grâce aux connaissances de B, amateur et passionné, nous vous avons concocté cet article, simple pour mieux comprendre cet univers complexe mais non moins fascinant :

Tout d’abord, qu’est-ce que le whisky ?

Le mot whisky vient du mot gaélique écossais « uisge beatha » ou « uisce beatha » en gaélique irlandais et qui signifie eau-de-vie. En effet, l’origine du whisky reste encore relativement floue.

Un peu d’histoire… On dit que les Chinois le distillait déjà il y a 2 000 ans. On raconte également que ce serait l’invention d’alchimistes arabes. Cependant, la légende raconte que la première « eau-de-vie » aurait été produite par des moines irlandais aux alentours du XIe ou XIIe siècle. Ce sont les nombreux échanges entre l’Irlande et l’Ecosse à cette époque-là qui auraient permis au whisky de se développer en territoire écossais. Mais bien entendu, l’origine de ce breuvage reste très controversée entre les Irlandais et les Ecossais.

Pour revenir à aujourd’hui, trois ingrédients de base sont nécessaires pour fabriquer le whisky : une céréale, de la levure et beaucoup d’eau… Un quatrième ingrédient reste indispensable : le savoir-faire

Au niveau de la céréale, nous avons le choix entre de l’orge, de l’avoine, du seigle ou du maïs. Une fois tous les éléments réunis dans une distillerie, fermentation et vieillissement vont pouvoir commencer.

Nous allons vous éviter ce lourd chapitre sur « la fabrication technique » du whisky bien qu’elle se fasse en 4 parties (germination, broyage, distillation, et vieillissement) et nous allons directement passer au principal. La dégustation.

Le caractère.. Il y a pleins de façons de consommer cette boisson. Que ce soit en apéritif, en dégustation ou bien même en digestif, le caractère recherché sera différent. On se demandera alors quels arômes choisir ? En quelle proportions ? Avec un caractère fort ou plutôt « docile » ?

Les goûts.. Prendre connaissance de son whisky est tout un art, et chacun possède ses méthodes. Prendre en bouche une toute petite quantité de liquide, en tapisser ses papilles, son palais, ses gencives afin d’en savourer chaque sensations… Les spécialistes préconisent de ne pas faire tournoyer le whisky dans le verre afin de ne pas faire ressortir l’alcool. La bouche doit confirmer les senteurs et proposer de nouvelles arômes. Différents goûts doivent ressortir : du sucré, du salé, de l’amer ou de l’acide… Toutes vos papilles sont en émois mais il faut savoir que la saveur de whisky ne s’arrête pas à sa sensation en bouche. Lors de son passage dans la gorge, il vous révèlera tout un panel de sensations, notamment grâce au retour aromatique du nez vers la bouche.

Les arômes.. L’arôme est un principe odorant : c’est en partie en cernant les arômes d’un whisky que vous prolongerez le plaisir de sa dégustation. Les arômes se répartissent en deux familles : ceux issus de l’élaboration du whisky et ceux provenant de son vieillissement. Les arômes sont donc le résultat de la fabrication du whisky ou de son âge. On peut rencontrer des notes boisées ou épicées (qui proviennent du vieillissement) ou des notes fumées, iodées ou marines, florales et herbacées ou encore même fruitées.

Les grandes familles d’arômes à reconnaitre :
Céréaliers : bière, biscuit, brioche, levures, maïs, malt, orge, pain grillé, seigle
Phénoliques : bâton de réglisse, cendre, encens, feu de bois
Fruités : abricot, agrumes, banane, cassis, fraise, framboise, fruits exotiques, groseille
Floraux : bruyère, eucalyptus, feuilles, fleurs blanches, foin, herbe fraîche, herbe sèche, lilas
Boisés : boîte à cigares, cannelle, caramel, cire, clou de girofle, cèdre, chêne, pin, réglisse
Fruits secs : arachide, noisettes, noix, pâte d’amande, praline
Vineux en fonction des fûts, xérès, madère porto, bourgogne, chardonnay, cognac
Pâtissiers : caramel, cannelle, toffee, vanille

Comment bien le choisir ?

Maintenant que vous avez goûté différents whiskies et que vous avez pris pleinement connaissance des toutes les saveurs et les arômes, il vous faut faire un choix. Il existe une multitude de types de whiskies ( le Blended, le Blended malt, le Single malt, le Whisky de grain, le Bourbon, le Tennessee Whiskey, le Single Pot Still, et le Rye Whiskey ) Mais encore une fois, nous allons vous parlez des 4 principaux, histoire de ne pas vous faire tourner la tête ! 😅

Le blended (ou Blend) : ce sont les plus communs, il s’agit d’un assemblage de divers « whiskies de malt » avec des « whiskies de grain ». Une bouteille de blended peut contenir jusqu’à 50 whiskies différents. Il s’agit du whisky le plus consommé au monde car le moins onéreux. (Grant’s, Ballantine’s, J&B)

Le blended malt (ou pure malt) : Là encore il s’agit d’un mélange de différents whiskies provenant de diverses distilleries, mais uniquement de « whiskies de malt ». Le pure malt permet aux professionnels de l’assemblage de créer des produits au caractère unique. (Chivas, Monkey shoulder)

Le single malt : il s’agit du produit d’une seule et unique distillerie. Concurrencé par le blended durant de nombreuses années pour des raisons économiques, il réapparaît sur le devant de la scène dans les années 1960 suite à une initiative de la distillerie Glenfiddich. Il est désormais le produit star des distilleries écossaises. (Lagavulin, Talisker, Aberlour)

Le Bourbon : bien que la plupart soient produits dans l’état américain du Kentucky, le bourbon peut en réalité être produit n’importe où aux Etats-Unis. Il doit contenir au moins 51% de maïs et être vieilli minimum 2 ans dans des fûts de chêne neuf. (Woodfort, Sonoma, Michter’s)

Quelle est la différence entre le whisky et le whiskey ?

S’il existe une différence orthographique, avec ou sans « e », il ne s’agit en réalité que d’une question géographique et de tradition. Aux États-Unis et en Irlande, on parle de whiskey, alors que dans tout le reste du monde on parlera de whisky. C’est comme ça, c’est pas forcément utile, mais c’est comme ça ! 😆

Comment déguster votre Whisky ?

Pour bien apprécier un whisky, une petite quantité (entre 1,5 et 3 centilitres) versée dans un verre de dégustation suffit. Avec une plus grande quantité, il serait difficile de faire tourner le whisky dans le verre et il ne pourrait pas « s’ouvrir » correctement. Avec une plus petite quantité, votre whisky aurait du mal à exprimer toutes ses caractéristiques.

Et les glaçons alors ? B: Non mais ça va paaas ! On ne met pas de glaçons dans le whisky. La glace lui ferait certes gagner en fraîcheur mais perdre en expressivité, en diluant et en neutralisant ses arômes !

Bon, et bien voilà, vous être prêt et paré dès à présent ! A vous de jouer ! Et n’oubliez pas « L’abus d’alcool est mauvais pour la santé » Enfin, un petit peu, ça ne fait pas de mal… 😛 Bon choix et bonne dégustation !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :